Certaines idées reçues sur le sommeil nous empêchent en réalité de bien dormir. Alors que nous sommes de plus en plus nombreux à souffrir de troubles sommeil, il est essentiel de démêler le vrai du faux et de renouer avec de bonnes habitudes.

1. Les heures de sommeil avant minuit comptent double

Parmi les idées que l’on lit régulièrement sur le sommeil et sa qualité, celle selon laquelle les heures de sommeil avant minuit valent double. Qu’en est-il réellement ? Faut-il vraiment s’endormir avant minuit pour bénéficier d’un véritable sommeil réparateur ? En réalité il ne s’agit pas d’une question d’heure. Les premières heures de sommeil sont certes plus réparatrices que les suivantes, mais cela est vrai que l’on se couche à 22h ou après minuit.

2. Il faut dormir 8 heures par nuit

On estime à 8h le temps de sommeil nécessaire à un adulte. Mais cela ne signifie pas que nous devons tous dormir 8h chaque nuit. Il ne s’agit là que d’une moyenne. Certains ont besoin de moins d’heures de sommeil, et d’autres plus. Une bonne nuit réparatrice doit vous permettre de vous sentir reposé lorsque vous vous réveillez et de rester concentré toute la journée.

3. Qui dort dîne

On entend souvent dire que sauter le repas du soir n’a pas d’importance. Il est réellement recommandé de prendre un repas léger le soir. Mais ne pas manger ou ne pas manger suffisamment peut provoquer des réveils nocturnes et des envies de grignotage. On conseille de boire un verre de lait avant de dormir. Le lait contient du tryptophane, un acide aminé lié à la production de sérotonine, une molécule qui favorise la relaxation et le sommeil. Les féculents favorisent quant à eux la production d’insuline, qui a un rôle important à jouer dans l’assimilation du tryptophane.

4. Dormir avec des plantes est mauvais pour le sommeil

Sans doute avez-vous déjà lu ou entendu dire que les plantes étaient à bannir de la chambre à coucher. Elles aspireraient tout l’oxygène de la pièce et deviendraient alors toxiques. Mais il s’agit en réalité d’une légende urbaine. Une plante aspire bien moins de CO2 qu’un animal de compagnie ou tout simplement votre conjoint ! Si installer une serre dans sa chambre à coucher n’est pas recommandé, avoir une ou deux plantes près de son lit n’a aucune incidence et ne comporte donc aucun risque. Certaines plantes ont d’ailleurs un impact bénéfique. C’est le cas des plantes dépolluantes telles que le Ficus Benjamina ou le palmier bambou.

5. Il faut se coucher plus tôt pour se lever plus tôt

Cela semblerait logique. Mais ça n’est pourtant pas le cas. S’il est possible, et même vivement recommandé d’adopter un rythme régulier d’heures de coucher et de lever, il existe des couche-tôt, des couche-tard, des lève-tôt et des lève-tard, et ce n’est pas en vous forçant à vous mettre au lit plus tôt que d’habitude que vous réglerez vos problèmes de réveil. Notre horloge interne est génétiquement programmée.

6. Il faut dormir la tête au nord

Voici un précepte notamment véhiculé par le Feng Shui. Il s’agirait de dormir avec la tête alignée sur l’axe magnétique nord-sud de la Terre, ce qui favoriserait la qualité du sommeil. Mais aucune preuve scientifique n’a jamais été apportée pour confirmer cette théorie. Certaines études l’ont même plutôt démentie…

7. Compter les moutons pour trouver le sommeil

Qui n’a jamais tenté, étant enfant tout du moins, de compter les moutons pour tenter de s’endormir en cas d’insomnie ? Oubliez cette idée ! Compter les moutons ou quelque autre animal ne vous aidera pas à tomber dans les bras de Morphée. C’est en réalité plutôt le contraire. Compter les moutons stimule votre cerveau et ne le met donc pas dans de bonnes conditions pour favoriser l’endormissement.

8. Rêver est gage d’un bon sommeil

Les rêves peuvent-ils être considérés comme la preuve d’une bonne nuit de sommeil ? Certains l’affirment. Mais ça n’est pourtant pas le cas ! Les rêves se forment durant les phases de sommeil paradoxal, un sommeil très léger durant lequel le cerveau est quasiment aussi actif que lorsque nous sommes éveillés. Il ne s’agit donc pas des phases de sommeil les plus réparatrices.