Pourquoi les mères dorment-elles moins bien que les pères ?

Les enfants sont épuisants ! Et voilà qu’une étude scientifique des plus sérieuses vient le confirmer. Une étude qui tend toutefois à prouver que si les enfants peuvent avoir un impact sur la qualité de notre sommeil, c’est d’avantage le cas pour les mères que pour les pères. Comment expliquer ce phénomène ? Pourquoi les femmes ayant des enfants souffrent-elles d’avantage de troubles du sommeil que les pères ?

Les jeunes mères en manque de sommeil

Cette étude montre en effet que les femmes ayant des enfants à la maison se sentent plus souvent fatiguées que leurs comparses ne connaissant pas les joies de la maternité.
« 48% des femmes avec des enfants ont rapporté dormir au moins 7h par nuit, contre 62% des femmes sans enfants » souligne Kelly Sullivan, professeur d’épidémiologie au Jiann-Ping College of Public Health de l’Université de Géorgie du Sud.

Près de 6000 personnes, hommes et femmes, ont participé à cette étude. Elles ont toutes indiqué combien d’heures elles dormaient chaque nuit – 7 à 9h étant considéré comme une bonne moyenne et moins de 6h comme un manque de sommeil – et précisé durant combien de jours elles se sont senties fatiguées au cours du dernier mois.

«Chaque enfant à la maison accroît les risques de manque de sommeil de 50%»

Les femmes ayant de jeunes enfants ont indiqué se sentir fatiguées environ 14 jours par mois, contre 11 pour celles n’ayant pas d’enfants à la maison. Parmi toutes ces femmes, la présence des enfants a été identifiée comme le seul lien avec leur manque de sommeil.

« Chaque enfant à la maison accroît les risques de manque de sommeil de 50%. Pour les hommes, nous avons mené la même analyse et les enfants n’avaient absolument aucun impact sur eux et leur sommeil » souligne Kelly Sullivan.

 

Des études plus poussées et précises devront être réalisées pour comprendre mieux ces conclusions. L’âge des enfants n’a en effet pas été pris en compte dans cette recherche, or il est évident qu’une femme devant allaiter un enfant dort moins bien qu’une femme qui nourrit son bébé au biberon et peut être relayée par le père durant la nuit.
D’autres facteurs, tels que la pratique d’exercice physique, le statut marital et l’éducation, ont en revanche été pris en compte. Mais aucun d’entre eux ne s’est avéré lié à un manque de sommeil chez les femmes interrogées (toutes âgées de moins de 45 ans.).

Comment réduire cette inégalité entre le sommeil des mères et des pères ?

Toutefois une précédente étude, menée par le Centre du Sommeil de l’Hôpital pour enfants de Philadelphie, avait montré que les mères d’enfants âgés de moins de 3 ans dormaient généralement moins que celles dont les enfants âgés de 3 à 6 ans. Pour Jodi Mindell, directrice associée du centre, les parents doivent se répartir de façon équitable les tâches ménagères, soin et éducation des enfants compris, afin que chacun d’entre eux puisse bénéficier du sommeil dont il a besoin. « Cela ne doit pas forcément être du 50/50, mais il doit y avoir un partage » explique la chercheuse. Et d’ajouter que si l’un des parents travaille à l’extérieur tandis que l’autre est à la maison, ce n’est pas à ce dernier que toutes les tâches doivent revenir.

Il n’y a pas de recette miracle à appliquer à tous les parents. Chacun doit adapter ce planning de façon individuelle, mais la mise en place de ce dernier est importante, affirme Kelly Sullivan.