Ecrans, alcool, nourriture, apnée, stress, irrégularité des heures de coucher et de lever… bien des critères entrent en jeu lorsqu’il s’agit de la qualité de nos nuits. Encore faut-il savoir identifier les ennemis de notre sommeil pour pouvoir les éviter et renouer avec le plaisir de se réveiller bien reposé après une bonne nuit réparatrice.

La chaleur

S’il est agréable de se glisser dans un lit vous attendant dans une chambre bien chaude, une température ambiante trop élevée nuit à la qualité du sommeil. Dans l’idéal, votre corps doit plutôt se refroidir et non se réchauffer lorsque vous vous couchez.

L’alcool

Si l’alcool peut effectivement vous aider à vous endormir, ne vous y laissez pas prendre. Car si vous dormirez bien pendant quelques heures, les risques d’insomnies, à l’instar des cauchemars et des apnées du sommeil, sont favorisés par la prise d’alcool. Le sommeil est fortement perturbé par la consommation d’alcool.

Une mauvaise literie

La fermeté de votre matelas, la taille de votre lit, la qualité et la chaleur de votre couette, sont autant de critères à prendre en compte pour passer de bonnes nuits réparatrices.

Une étude réalisée par un professeur spécialiste du sommeil de l’Hôtel-Dieu, Damien Léger, tend à prouver qu’une literie neuve favorise un bon sommeil. A l’inverse, garder la même literie pendant de trop nombreuses années est mauvais pour votre sommeil. On conseille de changer de literie tous les 10 ans. Or aujourd’hui, les Français la changent en moyenne tous les 14 ans seulement.

Les écrans

Ils passent tout leur temps avec nous, nos chers et tendres smartphones et tablettes. Mais ne les laissez pas envahir vos chambres à coucher ! La lumière émise par les écrans perturbe notre horloge biologique qui l’associe à une période d’éveil. C’est tout particulièrement la production de mélatonine, hormone essentielle du sommeil, qui est impactée par la longueur d’onde des leds bleus de nos terminaux mobiles.
Idem pour la télévision, devant laquelle il est fort déconseillé de s’endormir. Mieux vaut donc éviter de l’installer dans la chambre à coucher.

La nourriture

Un bon gros repas vous donnera certainement une soudaine envie de dormir. Mais là encore, comme avec l’alcool, méfiez-vous. Un dîner trop copieux ne favorisera pas votre sommeil, bien au contraire. Il risque de vous réveiller durant la nuit et de favoriser l’apparition de cauchemars. Mieux vaut préférer un repas léger, à base de sucres lents ou d’aliments riches en tryptophane. Cet acide aminé favorise la production de sérotonine, un neurotransmetteur de la mélatonine, la fameuse «hormone du sommeil».

L’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil perturbe les nuits de milliers de personnes. Ces arrêts de respiration, qui touchent avant tout les personnes en surpoids, les personnes âgées ou encore les grands ronfleurs, durent entre 10 et 30 secondes. Leur nombre varie selon les sujets mais les médecins s’accordent à dire que ces apnées du sommeil deviennent ennuyeuses dès lors qu’elles se produisent plus de 5 fois par heure. Les personnes souffrant d’apnées du sommeil ne s’en rendent pas toujours compte, mais certains signes peuvent vous alerter. Parmi eux, une fatigue excessive au réveil, des maux de tête et une inhabituelle somnolence.

Et les enfants ?

Les écrans sont aussi les ennemis du sommeil de nos enfants. Mieux vaut les laisser s’endormir avec un livre qu’avec un dessin animé ou un jeu sur tablette. On recommande d’éteindre les écrans une heure avant le coucher des enfants.

Des conditions d’endormissement irrégulières sont elles aussi à éviter pour préserver la qualité des nuits de nos bambins. Veillez donc à les mettre au lit et les réveiller à des horaires réguliers en instaurant des rituels et évitez de changer la disposition des meubles et objets de leur chambre. De tels changements risquent en effet de perturber leur endormissement.